Le mordillement chez le chiot

Le mordillement chez le chiot constitue un comportement naturel lorsqu’il est lié à la découverte du monde qui l’entoure. Cependant, il ne doit pas se transformer en mauvaise habitude, voire en morsure s’il n’apprend pas à mesurer la puissance de la pression de sa mâchoire. Par ailleurs, mordre est aussi lié à la pousse des dents du chiot qui a besoin dans ce cas de substituts, comme des jouets pour soulager ses gencives. Voici quelques conseils pour que votre chiot apprenne la maîtrise de sa mâchoire.

Comprendre le comportement du mordillement chez le chiot

Le mordillement constitue un comportement inné chez le chiot, il n’est en aucun cas le signe d’agressivité. Pour s’en convaincre, il suffit d’observer une fratrie de chiots pour constater que lorsqu’ils sont âgés de quelques semaines, ils jouent entre eux en se mordillant allègrement.

Une fois sevré et arrivé dans le nouvel environnement de votre maison, il est légitime pour le chiot de conserver ses jeunes habitudes. Mordiller revêt alors plusieurs significations. Cela lui permet de tester les objets qui l’entourent, d’en appréhender la texture et le goût… ainsi que leur solidité ! Par ailleurs, grignoter s’apparente à un jeu, mais est aussi considéré comme un comportement désigné comme « l’inhibition de la morsure ».

L’inhibition de la morsure

L’inhibition de la morsure se rapporte à la capacité du chien à modérer, réduire, voire limiter la force de ses mordillements. Dans la nature, ce comportement est surveillé par la mère qui réprime les morsures trop puissantes lorsque le chiot grandit, car il mesure mal sa force et n’a pas conscience de faire mal. Le cas échéant, la mère peut grogner ou faire cesser le jeu, afin de montrer sa désapprobation. Le chiot comprend ainsi rapidement à contrôler sa mâchoire.

Cette transmission par la mère constitue l’une des raisons pour lesquelles un chiot ne doit pas être sevré trop tôt. L’âge légal minimum d’adoption est de huit semaines cependant, dix ou douze semaines avec la maman et la fratrie sont le gage d’un sevrage réussi.

Lorsque vous adoptez un chiot, il vous revient d’assurer l’apprentissage du contrôle de la morsure si votre animal se montre excessif.

La poussée dentaire

À l’instar de l’homme, les chiens sont des diphyodontes, ce qui signifie qu’ils possèdent deux séries de dents : les dents de lait, puis les dents définitives. Entre 4 et 6 mois, les chiots perdent leurs dents de lait, tandis que les dents définitives exercent une poussée au travers des gencives.

Le jeune animal a donc plus que jamais envie de mordiller tout ce qui lui passe sous le croc. Cela l’aide à se débarrasser des dents de lait, ainsi qu’à soulager ses gencives lorsqu’elles sont soumises à la pression.

L’ennui

Plus tard, à l’âge adulte, le chien peut continuer à mordiller, voire mordre, si vous ne lui avez pas appris les limites. Par ailleurs, il peut aussi mordre par ennui, s’il ne sort pas assez et reste trop souvent seul, sans attention.

Ce comportement peut tourner au trouble du comportement et au cauchemar s’il commence à détruire votre intérieur, en s’en prenant à toutes sortes d’objets, canapés, portes, etc.

Comment apprendre au chiot à contrôler sa morsure

Le mordillement chez le chiot - bone 1555086 1280

S’il n’est pas anormal que le chiot mordille, ce comportement doit être contrôlé, dès son arrivée chez vous. Comme tous les enseignements, plus tôt ils sont prodigués, plus tôt ils sont compris et respectés.

Ne le tentez pas et rangez votre maison !

Le chiot ne fait pas la part des choses, car tout est nouveau pour lui, c’est pourquoi vous ne devez pas le tenter. Ne laissez pas traîner des objets à sa portée qui sont semblables à ses jouets.

Si vous avez par exemple un enfant en bas âge qui étale ses jouets par terre, ne laissez pas le chiot seul dans la pièce, car il sera naturellement attiré par ces petits objets.

Satisfaire ses besoins de mordillement

Puisque le chiot a besoin de mordre, vous devez lui en offrir l’occasion. Sélectionnez des jouets appropriés à la taille de sa mâchoire et dont la consistance lui permet de s’amuser. Vous disposez également des faux os du type en peau de buffle, adaptés à son âge.

S’il attrape un autre objet qui ne lui est pas destiné, arrêtez-le immédiatement, toujours en douceur, et redonnez-lui le jouet ou os de substitution. Utilisez un ordre simple (« stop », « non », etc.), mais toujours le même, prononcé d’un ton ferme, sans jamais crier. Il comprendra très vite ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas.

Ne cédez jamais

À chaque fois que vous prenez votre chiot en flagrant délit, alors qu’il mord un objet qui lui est proscrit, vous devez systématiquement le lui interdire. Si par exemple il s’attaque à une pantoufle (un grand classique !), ne cédez pas en vous disant que, puisqu’elle est fichue, autant la lui laisser. Lorsqu’il l’aura totalement réduite en charpie, il s’attaquera à une autre pantoufle, car rien ne ressemble plus à une pantoufle qu’une autre pantoufle. Il risque même de s’attaquer à vos chaussures préférées.

SI vous le laissez faire une fois, il ne comprendra pas que vous lui refusiez la fois suivante. Le dressage du chiot passe par la cohérence.

Montrez-lui que sa morsure vous fait mal

Lorsque les chiots jouent ensemble, si l’un d’eux dépasse les bornes et mord trop vigoureusement son frère ou sa sœur, ce dernier couine et cesse de jouer en cas de récidive. Le coupable comprend rapidement que s’il veut continuer à jouer, il doit réfréner ses ardeurs.

Mettez-vous dans la peau d’un chiot et montrez de la même façon à votre chiot qu’il exagère. Si vous poussez un « aïe » de douleur lorsqu’il vous mord avec trop de pression et cessez de jouer. Votre animal fera vite le rapprochement et modérera la puissance de sa morsure.

Quittez le terrain de jeu et ignorez votre chiot

Si votre chiot a du mal à comprendre, stoppez toute interaction. Vous pouvez même aller dans une autre pièce et l’ignorer pour bien lui montrer votre désapprobation. Vaquez à vos occupations et ne répondez pas à ses sollicitations.

Le chien est un animal social qui aime le contact et a une grande considération pour son maître. Si vous boudez, il comprendra vite quelles sont les limites pour pouvoir continuer à jouer avec vous.

Voilà pour les principaux points de l’éducation. Rappelez-vous que la coercition et la punition ne constituent certainement pas une solution, mais que la fermeté est indispensable. Apprendre à votre chien à ne mordre que ses jouets et à jouer en douceur est dans son intérêt. Une fois la leçon acquise, elle l’est pour la vie.

N’oubliez pas que votre chien a besoin de se détendre

Le chiot a besoin de se défouler. S’il a tendance à trop mordiller et à adopter des comportements excessifs, ce peut aussi être un signe qu’il a de l’énergie à revendre et qu’il a besoin de se défouler. Il a besoin d’exercice quotidien, ainsi que de jeu.

Le mordillement chez le chiot - puppy g6d8316c0b 1280

Si votre chien n’a pas un accès libre à l’extérieur, vous devez le sortir le plus souvent possible, en laisse si nécessaire, mais aussi en liberté. S’il peut aller et venir librement, il a toutefois besoin de vous pour se divertir. À l’opposé des chats qui vont naturellement explorer leur territoire, certains chiens, même dans de grandes propriétés, restent à proximité de la maison et ne vont pas seuls se défouler. Ils apprécient que vous marchiez à leurs côtés, que vous leur lanciez un bâton, que vous jouiez avec eux, etc. Ne privez pas votre chiot — et plus tard votre chien — de ces plaisirs et prenez du bon temps avec lui.

Laissez-le rencontrer d’autres chiens

Pour se défouler, comme pour parfaire la maîtrise de sa morsure, votre chiot a besoin de rencontrer ses congénères. Laissez-le vivre sa vie de chien en lui permettant de jouer avec d’autres chiens, chiots ou adultes. Il faut bien sûr qu’il s’agisse de chiens sociables, assurez-vous en au préalable.

Si votre chiot se montre trop empressé dans ses jeux, les autres chiens ne rechercheront pas sa compagnie, ce qui participera à son éducation.

 

Passez du temps avec votre chiot, jouez avec lui, offrez-lui de longues promenades et soyez toujours cohérent dans votre éducation. Vous verrez que tout se passera bien !

 

Abonnez-vous

à la Newsletter AmiCanin et recevez chaque mois des informations, conseils et astuces autour de votre ami canin !