La cohabitation chien et chat

La cohabitation entre chien et chat impose quelques précautions, mais elle est tout à fait pacifique, contrairement à l’expression « s’entendre comme chien et chat » qui implique une discorde permanente. Pour faire cohabiter vos animaux de compagnie, il convient de revenir à l’origine de la domestication de ces animaux qui explique en partie leurs différences.

L’homme, le chien et le chat : une collaboration millénaire fructueuse

On estime que l’homme a commencé à domestiquer le chien il y a près de 100 000 ans, tandis que les liens noués avec le chat sont bien plus récents et remonteraient à 10 000 ans seulement.

Nos ancêtres chasseurs cueilleurs ne nourrissaient de ce qu’ils trouvaient, ce qui les obligeait à voyager en fonction des saisons. Ils restèrent nomades, tant qu’ils n’eurent pas maîtrisé la culture qui leur permit de s’établir et de sédentariser.

Ces hommes partageaient leur territoire avec des animaux sauvages qui étaient des carnivores prédateurs redoutables : lions à dents de sabre, hyènes, ours, panthères, etc. Le loup représentait aussi un danger, mais certains d’entre eux se sont vite montrés plus sociables et moins agressifs. Ceux-ci furent domptés et accouplés entre eux pour devenir progressivement les partenaires de l’homme. Ils l’aidaient pour la chasse et les protégeaient des autres animaux sauvages, en échange de nourriture et de plus de confort. Au fil du temps et des croisements, le loup est devenu chien.

L’homme s’est ensuite sédentarisé et a produit ses propres cultures qu’il entreposait pour constituer des réserves pour l’hiver. Naturellement, ces masses de grains et de végétaux ont attiré toutes sortes de rongeurs qui venaient dévorer les réserves, mais aussi les souiller de leurs excréments. C’est alors que le chat saisit l’opportunité : il comprit que la présence de l’homme engendrait une concentration importante de proies, bien plus faciles à attraper que lorsqu’elles se trouvaient isolées dans la nature.

 

Un partenariat s’est naturellement mis en place. Le chat se chargeait d’éliminer les nuisibles et l’homme le laissait faire.

Chien et chat : deux caractères opposés

Le chien et son ancêtre le loup sont des animaux sociaux qui vivent dans des meutes strictement hiérarchisées. Ils vivent et chassent en groupe, ce qui leur permet de s’attaquer à de grosses proies qu’ils se partagent ensuite. Toutefois, le partage n’est pas équitable, car il est toujours soumis à la hiérarchie et le dernier de la meute se contente des restes, si restes il y a.

Ce tempérament rend aisé la cohabitation entre plusieurs chiens. Il peut exister certaines dissensions au départ, mais une hiérarchie se crée et permet de pacifier les rapports.

Le chat en revanche est un animal territorial qui goûte peu la compagnie de ses congénères, en dehors de la période de reproduction. Il vit et chasse seul, ce qui le restreint à de petites proies, mais qu’il n’a pas à partager. On le constate sur les félins d’aujourd’hui dont la majorité vit en solitaire : guépard, léopard, chat de Pallas, panthère des neiges, chat des sables, etc. Le félin connu pour vivre en groupe est le lion, mais il constitue une exception.

Ce caractère inné du chat rend plus compliqué la cohabitation. Il est bien sûr des chats plus sociables que d’autres, mais la tendance reste une indépendance farouche. Des chats ayant grandi ensemble peuvent rester les meilleurs amis du monde, mais ils peuvent aussi se séparer à l’adolescence, pour ne jamais retrouver de rapport proche, mais au mieux une certaine tolérance qui leur permet de cohabiter.

Certains chats, errants ou domestiqués, se regroupent, mais c’est généralement par opportunité et par nécessité.

Enfin, pour prouver encore davantage les différences entre chien et chat, le processus de domestication n’est pas le même. Un chaton qui n’a pas eu de contact direct avec l’homme avant l’âge de trois mois n’est définitivement plus domesticable. Il pourra s’approcher si on lui met une gamelle à disposition, mais il est peu probable qu’il se laisse approcher et encore moins toucher, même après des années de proximité.

Un chiot dont la petite enfance a été perturbée en conservera des séquelles, mais le processus de domestication peut cependant progresser plus facilement qu’avec un chat.

Pour comprendre la cohabitation chien et chat, il faut tenir compte du caractère inné de chacun, ainsi que de leur histoire.

Comprendre le langage corporel du chien et du chat

Pour faciliter la cohabitation chien et chat, vous devez apprendre à décrypter leurs langages corporels respectifs. Le chien est beaucoup plus expansif et facile à comprendre. Il exprime ses émotions avec emphase lorsqu’il remue la queue de joie ou grogne pour montrer son désaccord ou sa colère. Les expressions faciales du chien sont aussi très compréhensibles, car elles nous ressemblent. On a l’impression qu’il rit, qu’il a peur ou qu’il est fâché.

Le chien « parle » assez volontiers en émettant des aboiements dont l’intonation paraît en accord avec son état d’esprit. Il peut produire des sons, à l’attention d’un autre animal ou d’un humain.

Le chat est plus subtil dans son expression, ce qui le rend plus compliqué à comprendre. Un chat qui remue la queue est un mauvais signe qui indique l’exaspération ou le courroux. Quant à son expression faciale, les signaux sont très faibles, même s’ils existent.

Le chat ne miaule que pour communiquer avec l’humain. S’il miaule avec ses congénères ou d’autres espèces, généralement, il crache et feule pour intimider l’autre. N’étant pas habitué à vivre en groupe, il n’est pas aussi bavard que le chien.

Pour que chien et chat cohabitent, ils doivent se comprendre et respecter leurs caractères respectifs. Par exemple, un chien peut regarder fixement un chat, ce qui indique une volonté de dominance qu’un chat peut mal supporter. C’est pourquoi il faut du temps pour qu’ils se comprennent.

D’autre part, le chat est souvent plus petit en taille que le chien. Il peut interpréter un amical coup de patte ou coup de langue d’un chien comme une attaque brutale.

La rencontre entre chien et chat

Le moment de la rencontre est déterminant pour la cohabitation chien et chat. Lorsqu’il s’agit de jeunes animaux que vous adoptez en même temps, passé quelques instants de sidération mutuelle face à un animal qu’ils ne connaissent pas, les deux petits apprennent vite à s’apprivoiser et à trouver leurs marques. Le chiot comme le chaton sont sans a priori, grâce à leur inexpérience, et beaucoup plus tolérants.

 

La seule exception peut concerner une petite enfance durant laquelle un incident fâcheux a eu lieu lors d’une précédente rencontre. Dans ce cas, il faut travailler la cohabitation comme vous le feriez avec des adultes.

L’éducation du chien à la présence des chats, et vice-versa

Si vous possédez un chien, vous devez lui apprendre depuis tout petit à ne pas chasser les chats. Le chat a naturellement peur du chien et se comporte comme une victime en fuyant d’emblée, ce qui ne fait qu’attiser l’intérêt du chien qui va lui courir après. Le chien n’est pas forcément malintentionné, mais il peut considérer cette chasse comme un jeu. Autant vous dire que le chat apprécie peu ce jeu !

Apprenez votre chien à se montrer amical, ou au moins indifférent, à l’égard des chats. Il intègre alors qu’il n’est pas une proie. Félicitez-le pour son bon comportement.

Il est plus compliqué de faire comprendre au chat qu’un chien peut être inoffensif, d’autant que le félin ne cherche pas à se faire des amis. Tâchez d’organiser des rencontres avec des chiens amicaux et d’associer ces contacts avec une récompense pour le chat.

Chacun son territoire et pas de favoritisme !

Au début de la cohabitation entre chien et chat, il est important que chacun dispose de son territoire et de ses affaires : panier, gamelle et jouets. Ils pourront plus tard se les échanger, mais ce n’est pas à vous de vous en mêler.

Au moment de la rencontre, il est préférable de tenir votre chien en laisse. Cela vous permet de réfréner ses ardeurs s’il saute sur le chat, que ce soit pour jouer ou pour l’agresser. Si le chat prend peur dès le premier contact, vous aurez d’autant plus de mal à obtenir une entente sereine.

 

Lors des premiers jours, il est essentiel que chaque animal dispose d’un lieu de repli où il peut être tranquille. Si l’un des deux – le plus souvent le chien – a tendance à harceler l’autre, cloisonnez chaque territoire par moments, notamment la nuit. Chacun doit avoir un lieu où il se sent en sécurité et où il retrouve ses affaires et ses odeurs.

Attention de ne pas faire de favoritisme, vous ne devez pas enfermer l’un ou l’autre dans un endroit exigu, tandis que l’autre évolue librement. Les deux animaux ne doivent pas ressentir de concurrence entre eux.

À chacun sa gamelle

Séparez bien les lieux où les animaux mangent, car les gamelles sont souvent source de discorde. Vous pouvez placer la gamelle du chat en hauteur pour éviter de tenter le chien. Une fois les relations pacifiées, vous aviserez.

Soyez patient et persévérant

Trouver les marques pour une cohabitation chien et chat sereine peut prendre du temps. Cela dépend du passé de vos animaux, de leur âge et de leurs caractères respectifs.

Tâchez de vous mêler le moins possible de leur relation, il leur revient de trouver les bons compromis. Certains s’adorent rapidement, quand d’autres ne feront jamais que se tolérer. Nos animaux de compagnie ont, comme nous, des affinités et des antagonismes qui sont innés. Ce qui compte, c’est qu’ils trouvent un terrain d’entente.

 

 

Abonnez-vous

à la Newsletter AmiCanin et recevez chaque mois des informations, conseils et astuces autour de votre ami canin !