Pourquoi ne pas utiliser les colliers de dressage (collier étrangleur)

Le collier de dressage — ou collier étrangleur — n’en finit de pas de faire polémique. Il a été conçu dans une bonne intention, partant du principe qu’il aide au dressage du chien qui apprend plus vite à marcher en laisse sans tirer. Dans les faits, le collier étrangleur représente le modèle type de la fausse bonne idée qui apporte bien plus de nuisances que d’avantages. Voici pourquoi ne pas utiliser de collier de dressage et comment apprendre à votre chien à ne pas tirer en laisse, sans avoir besoin d’y recourir.

Le concept du collier de dressage

Le collier de dressage est un collier étrangleur. Ne serait-ce que dans la formulation du concept, on constate à quel point l’idée est mauvaise : étrangler un chien pour le faire obéir !

Le concept du collier étrangleur est le suivant : une fois placé autour du cou du chien, il est bien ajusté ; lorsque vous (ou le chien) tirez sur la laisse, le diamètre du collier se réduit et étrangle le cou du chien.

Le collier peut être en maillons de chaîne simple pour l’étrangler, mais peut aussi être agrémenté de pointes qui lui piquent le cou et la gorge lorsque la chaîne se tend.

Le chien se sentant étranglé doit naturellement cesser de tirer sur sa laisse, afin que le collier se détende. Le principe est donc basé sur un conditionnement négatif : le chien associe l’étranglement à l’action de tirer sur la laisse et préfère rester sagement au pied.

Les dangers du collier étrangleur pour le chien

Avant de nous attarder sur l’éducation du chien sans ce type de collier, il est important d’abord d’en préciser les dangers, car porter un collier étrangleur n’a rien d’anodin.

Les risques de lésions et blessures du collier de dressage

Le collier de dressage peut blesser le chien. L’étranglement provoque des lésions sur tout le pourtour du cou : au niveau de la trachée, la gorge et les vertèbres. C’est d’autant plus vrai pour les colliers à pointes qui provoquent à chaque fois de petits hématomes, à chaque endroit où elles se plantent.

Si vous avez un chien excité qui effectue un déplacement brusque, le choc est brutal. Il peut même à la longue abîmer les vertèbres cervicales et les disques qui les séparent. Le chien peut aussi être effrayé par un bruit ou un autre événement et faire un bon de côté ; là encore, la sanction est des plus brutales, alors qu’il n’a agi que par réflexe.

Les risques d’étranglement

S’il est risqué de faire porter un collier de dressage à votre chien lorsque vous le tenez en laisse, il est encore plus dangereux de le lui laisser en permanence. S’il s’accroche quelque part, il peut réellement s’étrangler.

Si le chien coince le collier dans une branche ou dans une clôture par exemple, il peut se faire très mal, et même rester suspendu et s’étouffer. Vous remarquerez que les chats qui vivent à l’extérieur portent rarement de collier, car ils ont pour l’habitude de grimper partout. Lorsqu’ils portent un collier, il est souvent élastique pour que l’animal puisse s’en détacher s’il se retrouve pendu.

Même si votre chien n’est pas censé sortir de l’enceinte de votre jardin, il peut se prendre dans une branche ou n’importe quoi d’autre. Il peut aussi chercher à se sauver et les risques seront alors amplifiés par le nombre d’obstacles qu’il va croiser.

Les traumatismes psychologiques

Le collier étrangleur va à l’encontre même de l’éducation positive. Le chien est sans cesse puni, ce qui lui fait développer un sentiment de peur et de défiance. La relation que vous établissez avec lui est alors basée sur un rapport de force et sur la punition.

Il faut aussi prendre en compte l’intelligence du chien qui ne fonctionne pas de la même façon que le nôtre. Il peut mettre du temps à faire la relation de cause à effet. S’il ne comprend pas immédiatement que la douleur liée au collier dépend du fait qu’il tire sur sa laisse, il va souffrir « gratuitement », sans comprendre ce qui lui arrive.

Un chien qui tire sur sa laisse est juste un chien mal élevé ! Il faut donc simplement revoir son éducation pour rectifier ce point et tout ira bien.

L’éducation positive du chien se passe aisément de collier étrangleur

Petite leçon d’équitation : il faut être deux pour tirer

Si vous n’êtes pas cavalier, vous pensez peut-être qu’il suffit de tirer sur les rênes pour arrêter le cheval. Eh bien c’est exactement ce qu’il ne faut pas faire ! Si vous tirez en continu sur les rênes d’un cheval, il prend appui sur votre main et entame l’équivalent d’un bras de fer. À votre avis, qui gagne entre le petit cavalier et le cheval d’une demi tonne ou plus ?

D’où l’adage : « il faut être deux pour tirer » ! Pour ralentir ou arrêter un cheval, il faut tendre et détendre en douceur les rênes. L’animal comprend le message, car il a été éduqué à cela. Il ne peut pas se substituer à cette demande, car le cavalier qui détend la tension ne lui laisse pas l’opportunité de tirer de son côté.

Il en va du chien comme du cheval, si vous tirez en continu sur sa laisse, vous n’allez pas gagner. Tout est dans l’éducation.

Le premier contact de la laisse et du chiot

Si vous adoptez un chiot, un peu de patience suffit pour lui apprendre la marche en laisse. Choisissez d’abord un collier à sa taille, le plus léger possible pour qu’il ne le gêne pas. N’attachez la laisse qu’une fois qu’il s’est familiarisé avec le collier. Il est préférable de lui laisser au moins un jour.

Toutes les leçons avec un chiot doivent être très courtes pour être productives. La première leçon en laisse doit se passer dans un endroit familier, dans la maison ou dans le jardin. Toute distraction nuit à la leçon, alors que le chiot a déjà du mal à se concentrer ; il n’est donc pas question de l’éduquer dans un lieu inconnu où il sera attiré par tout ce qui est nouveau pour lui.

Attachez la laisse et suivez le chien, en conservant une tension très lâche. Il ne doit pas la considérer comme une contrainte. Détachez-le, jouez, puis recommencez jusqu’à ce qu’il ne fasse plus attention à la laisse.

Apprendre à marcher en laisse à votre chiot

Lorsque vous estimez qu’il est mûr pour apprendre à marcher en laisse, faites-le asseoir à côté de vous et attachez la laisse. Vous allez ensuite capter son attention avec un jouet ou quelques friandises pour l’inciter soit à rester sur place, soit à marcher à côté de vous. Encouragez-le et félicitez-le toujours lorsqu’il comprend ce que vous attendez de lui.

Effectuez plusieurs séances courtes et vous allez vite constater des progrès. S’il est à la traîne, encouragez-le à presser le pas en prononçant son nom et en l’appelant. S’il tire sur la laisse, arrêtez-vous et faites demi-tour… Rappelez-vous toujours qu’il faut être deux pour tirer !

Tout doit toujours se passer en douceur. Le chiot comprend que lorsqu’il est près de vous, la tension s’efface et il va naturellement prendre le pas. Lorsqu’il maîtrise bien le concept, appliquez des variations dans votre pas en accélérant, ralentissant et en vous arrêtant. Procédez comme dans un jeu, en encourageant votre chiot et il appréciera vite la marche en laisse.

L’apprentissage de la marche en laisse d’un chien adulte

Si votre chien n’a pas appris à marcher en laisse lorsqu’il était jeune, le concept est le même que pour un chiot, mais il vous faudra davantage de patience, car il aura certainement pris de mauvaises habitudes.

SI vous adoptez un chien dont le vécu a pu être traumatique, procédez avec d’autant plus de douceur. Si vous n’y arrivez pas, n’hésitez pas à vous faire aider par un professionnel. Les chiens qui viennent par exemple de refuges peuvent être extrêmement difficiles à rééduquer, car ils ont conservé de graves séquelles de leur première vie.

Tous les chiens peuvent apprendre la marche en laisse, avec de la douceur et de la patience, et sans collier étrangleur.

Abonnez-vous

à la Newsletter AmiCanin et recevez chaque mois des informations, conseils et astuces autour de votre ami canin !